Le centre de développement communautaire de Bala

Cet ensemble a ouvert en janvier 2012. Construit sur une surface de 6 hectares, Il inclut un important centre medical, doté d’ un cabinet de consultation, d’une maternité, de chambres d’hospitalisation, d’un bloc opératoire d’ophtalmologie et de nombreux logements de fonction. Il est le point de départ de deux équipes médicales mobiles qui se rendent selon un chronogramme précis et à jour donné dans 38 villages situés hors de la route goudronnée , assurant l’éducation sanitaire et le suivi médical d’une population de plus de 3.000 habitants.

Une attention toute particulière est portée aux thématiques suivantes :

  • La malnutrition des enfants ( ils sont régulièrement pesés )
  • Les vaccinations
  • Le paludisme ( traitement et prévention )
  • Les diarrhées infantiles ( souvent mortelles chez les enfants en bas âge )
  • Les bilharzioses ( dépistage et traitement )
  • Les consultations prénatales
  • Les pathologies oculaires.
  • La qualité de l’eau, source de nombreuses maladies ( le péril hydrique )

Le personnel médical comprend un médecin directeur, trois infirmiers, deux sages- femmes et un technicien de maintenance.
Pour les services généraux le centre dispose d’un intendant, de trois chauffeurs, trois gardiens, de deux cuisinières et d’un jardinier.
Enfin 35 agents de santé sont implantés dans les villages. Ils reviennent au centre une fois par mois pour recevoir une formation et une supervision. Ils perçoivent une petite indemnité.

Le centre d’ophtalmologie, présent au sein de la structure, permet des consultations de dépistage des maladies oculaires et de réaliser des interventions de la cataracte pour les populations âgées de la région.
Les opérateurs sont des chirurgiens sénégalais et français.

Le Centre de Bala est soumis à un contrôle permanent sur le plan administratif et médical :
La direction opérationnelle du Centre est assurée par l’association LE KAICEDRAT . Son président est le médecin géneral inspecteur Francis Klotz. Professeur agrégé du Val de Grâce, il fut professeur titulaire de la chaire de médecine tropicale du service de santé des armées et directeur de l’hôpital Principal de Dakar ( 400 lits ) jusqu’en fin 2008.

Un rapport comptable et un contrôle de gestion sont effectués tous les mois depuis Paris et Tambacounda.

Une supervision médicale est assurée par des médecins français et sénégalais, ayant une longue expérience des pathologies africaines. Ils se rendent tous les trimestres sur place pendant huit jours et partent avec les équipes visiter les villages. A leur retour ils rendent un rapport qui évalue la qualité du travail médical.

A terme, d’ici deux à trois ans, ce centre assumera d’autres missions :

  • une mission de formation théorique et pratique des agents de santé communautaire de la région du Sénégal oriental.
  • une mission de formation agricole pour les paysans des 38 villages que nous visitons.

La Fondation a financé 75% des coûts de construction du centre et assurera également 75% de son budget de fonctionnement.

Le centre de Bala est le projet pilote de La Fondation, celui auquel elle consacre la majorité de ses ressources